Bolsa e Inversión
Una fuente indispensable de información a su servicio

Signaux mitigés pour la construction de logements



La chute de la construction de logements en France n’est pas encore enrayée, après sept ans de baisse d’activité, à peine ralentie par le plan de relance des années 2009-2011. Mais quelques signaux positifs émergent néanmoins, puisque, pour la première fois depuis neuf mois, les permis de construire sont repartis à la hausse.
Au deuxième trimestre, le nombre de permis de construire accordés (92 100 logements neufs) a ainsi progressé de 3,9 % par rapport au deuxième trimestre 2014. Mais l’évolution des mises en chantier reste encore négative : - 7,4 % sur un an, à 86 100 logements. Fin juin, sur les douze mois écoulés, le rythme de production de logements s’établit à 344 000 (- 5,8 %), loin des 500 000 espérés.
Le moral des professionnels - promoteurs, artisans et entrepreneurs de travaux publics - est néanmoins meilleur, selon une enquête de l’Insee menée en juillet. Ils sont moins nombreux qu’en avril à redouter une baisse d’activité dans les mois à venir. Autre signe positif : le délai moyen d’ouverture d’un chantier, à compter de l’obtention du permis de construire, diminue : 4,7 mois pour une maison, 8 mois pour un immeuble.
Les artisans constatent, en juillet, « une légère amélioration des carnets de commandes, qui représentent 72 jours de travail contre 66 en avril, notamment dans le secteur de l’entretien-amélioration et des performances énergétiques, et laisse espérer un second semestre plus favorable », selon Patrick Liébus, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment.
Mais l’emploi souffre encore : seules 4 % de ces entreprises envisagent d’embaucher et 10 % de licencier ou ne pas renouveler les contrats.
« C’est enfin une bonne nouvelle, même si la reprise est tardive et partielle, puisqu’elle concerne surtout les maisons, ce qui est favorable aux artisans », commente Jacques Chanut, président de la fédération Française du Bâtiment. « Cela démontre que lorsque le gouvernement prend des mesures énergiques, elles fonctionnent », analyse-t-il, faisant référence au plan Valls annoncé le 29 août 2014. « L’amélioration ne se concrétisera cependant qu’en 2016 et 2015 restera une mauvaise année pour le bâtiment », conclut-t-il.
Certaines régions profitent de l’embellie, par exemple l’Alsace (+ 12,9 % pour les permis de construire et +12,8 % pour les mises en chantier), Provence-Alpes-Côte d’Azur (+5,6 % de permis de construire) ou la Picardie (+7 %). L’Ile-de-France persiste, en revanche, dans la morosité.